Naviguation
le guideles annexesles registresles personnagesles échanges

les répertoiresles missionsl'évolution

Quoi de neuf ?
Intrigue en Cours
Lorem ipsum dolor sit amet, consectetuer adipiscing elit, sed diam nonummy nibh euismod tincidunt ut laoreet dolore magna aliquam erat volutpat. Ut wisi enim ad minim veniam, quis nostrud exerci tation ullamcorper suscipit lobortis nisl ut aliquip ex ea commodo consequat.
Y participer





Partagez
 

 Keep your friends close and your ennemies closer † Limaël.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité

Invité

    Lorsque l’on a vécu aussi longtemps que Lilith, il devient difficile de se distraire. L’ennui la guette à chaque coin de rue, à chaque moment de son éternité. Le monde entier ne devient finalement qu’un grand terrain de jeu où, chaque soir, elle tente de trouver le meilleur moyen de s’extirper des griffes de sa léthargie. Ce siècle-là est plus amusant à ses yeux ; la technologie, les inventions, la liberté d’expression, le sexe étalé au grand jour. Il y a des centaines d’années, nul n’aurait pu penser qu’un jour, une femme pourrait tenir un club de strip-tease comme le Asp Hole sans qu’elle ne soit instantanément associée à l’image de la prostituée vulgaire et sans aucune manière. C’était aussi agréable de constater qu’au final, les gens semblaient revenir vers leurs instincts les plus primaires après avoir tenté d’évoluer. A quoi pouvait bien servir l’évolution si elle ne faisait que brider leur imagination et enfouir les désirs les plus inavouables ? Non, décidément, il n’y avait rien de plus prometteur que l’an deux milles. Même le sang avait un goût plus savoureux ces derniers temps. Treize ans qu’elle parcourait ce vingt-et-unième siècle et pour l’instant, elle n’éprouvait pas l’ombre d’une touche de lassitude. Depuis qu’elle avait posé à nouveau le pied sur le sol américain – après un exil volontaire pour les pays de l’est pendant un peu moins de cent ans – elle allait de surprises en surprises. Autant dire que pour une Immortelle comme elle, être étonnée relevait de l’exploit. Qui plus est, Lilith se sentait… confiante. Elle était plus sûre d’elle que jamais concernant sa quête de pouvoir. Malgré sa folie omniprésente qui lui parasitait parfois les pensées, elle sentait qu’elle se rapprochait inexorablement de la fin. Sa fin ? Celle des autres ? Celle du monde ? L’apocalypse selon Lilith : des rivières de sang, des orgies, une fête qui ne cesserait jamais. Los Angeles l’avait accueillie après son bref voyage en Transylvanie, terre qui l’avait vue naître et mourir. C’est dans cette ville, avait-elle décidé, que son grand projet serait mis en marche. Dans cette ville, que la Camarilla et le Sabbat seraient finalement détruits. Et tous ceux qui oseraient la défier devront affronter la véritable mort en embrassant une dernière fois le soleil. Car nul ne devrait s’opposer à l’Originelle.

    Au fil du temps, elle avait croisé la route d’autres éternels et certains d’entre eux s’étaient révélés être de parfaits compagnons de route. Parmi eux, il y en avait une poignée qui étaient parvenus à obtenir plus de puissance qu’elle avait l’âge et qu’elle observait prudemment. Et dans ces privilégiés, seule une très petite poignée connaissait – au moins approximativement – son âge véritable. Elle aurait sûrement dû les faire tuer lorsqu’elle le pouvait encore, en déchainant une foule de villageois sur leur lieu de repos diurne, ou en prévenant l’Ordre du Soleil qu’un vampire se dissimulait près d’eux. Elle aurait pu… Elle l’avait déjà fait, d’ailleurs. Rien n’était plus gratifiant que de voir d’autres personnes faire le sale boulot à sa place. Surtout lorsque l’immortel en question se montrait trop présomptueux et qu’il la prenait pour sa petite servante. Mais elle ne les avait pas tous fait exécuter. Parce que sans ennemis, son existence serait bien fade. Et elle ne considérait pas les pantins de l’Ordre comme une menace, pas pour elle en tout cas. Il suffisait généralement de faire ses affaires loin d’eux, de laisser d’autres porter le chapeau et ils oubliaient bien vite Lilith. Bon, certes, elle avait légèrement énervé Ana Valerius en tuant son père et en transformant son frère, mais… Hé, il fallait bien s’amuser un peu, non ? Et puis elle arborait cette femme qui incarnait ce futur qu’elle aurait pu avoir en tant que bâtarde de la lignée royale de Transylvanie. Ana était pure, elle. C’était la princesse attitrée de ces terres. Elle avait tout ce qu’elle voulait, sur un plateau d’argent et avec une ombrelle colorée. C’était facile de la détester pour ça, pour être née du bon côté du lit : par la bonne mère. Néanmoins, malgré le fait que l’Ordre l’ait suivie jusqu’ici à cause de ses actes, elle ne se sentait pas menacée. Elle avait… des alliés.

    Le loft qu’elle parcourait aurait pu appartenir à n’importe quel mortel un peu friqué. Une grande pièce à vivre, un mobilier moderne, une cuisine ouverte, un style très américain en sorte. Les grandes baies vitrées la mettaient quelque peu mal à l’aise, toutefois elle se devait d’admettre qu’avoir un tel horizon méritait le risque que son propriétaire prenait. Elle-même appréciait passer quelques nuits à observer le ciel étoilé, simplement parce qu’elle trouvait hypnotique l’imperceptible clignotement des astres lointains. C’était presque… magique. Elle se détourna des fenêtres pour lambiner devant l’immense bibliothèque et s’empara d’un livre, apparemment au hasard. Alors que son index parcoure distraitement les lettres dorées à l’or fin qui composent le titre, elle gravit les marches de l’escalier en fer pour finalement se laisser choir sur le grand lit sans daigner se défaire de ses bottes à talons aiguilles. Elle croisa les jambes sur son leggins en cuir et ouvrit l’ouvrage. Elle était pratiquement parvenue à la fin lorsqu’elle entendit les bruits de pas dans l’allée. Des sons qui lui indiquèrent que le propriétaire des lieux rentrait finalement au bercail. Il avait sûrement dû sentir sa présence en pénétrant dans le loft aussi ne fit-elle pas un seul mouvement en attendant qu’il parvienne jusqu’à elle. « Faust. J’ai eu l’insigne honneur de faire sa rencontre… Il était loin d’être aussi amusant qu’on le pense. » fit-elle en guise de salutations sans quitter la page des yeux.
Revenir en haut Aller en bas
Ismaël Y. Vassili

Ismaël Y. Vassili
En ville depuis le : 13/10/2013
Gouttes de sang : 557
Célébrité : Harry Styles.
Crédits : Anaëlle (avatar), 1D Demon (gif) & myself (codage).

Keep your friends close and your ennemies closer † Limaël. Tumblr_mih332LsPG1ryc2f9o1_250Keep your friends close and your ennemies closer † Limaël. Tumblr_mih332LsPG1ryc2f9o4_250
Keep your friends close and your ennemies closer † Limaël. Tumblr_mvakhouwtE1rs7dvlo1_1280
« GIVES YOU HELL »


Je vis depuis : Jamais là où on ne l'attend.
Je suis : Un très vieux vampire.
Je suis : Un autodidacte qui a suffisamment accumulé d'argent au fil des siècles pour profiter amplement de la vie.


Keep your friends close and your ennemies closer

† Lilith & Ismaël .

Et voilà que la vie de ma nouvelle victime quittait son corps aussi sûrement que j'aspirais les dernières gouttes de son sang. Elle n'était plus qu'une coquille vide désormais, éteinte par le baiser de la faucheuse. Retirant mes crocs dans un mouvement primitif, je fermais les yeux l'espace de quelques secondes pour savourer la fin de mon repas. J'en avais eu terriblement besoin. La faim m'avait tiraillé de toute part au cours de la journée et je n'avais attendu que la tombée de la nuit pour partir me repaître. Pour éviter tout rapprochement avec ceux de mon espèce, et surtout un indice qui pourrait conduire l'Ordre jusqu'à moi, je prenais soin de lécher la plaie au niveau du cou de ce qui n'était plus à présent qu'un cadavre ambulant, avant finalement de m'en débarrasser dans une bouche d'égout. Voilà qui était fait me dis-je en m'essuyant la bouche d'un revers de la main, un petit sourire de satisfaction sur le visage. Je ne comptais plus le nombre de victimes à mon actif : hommes, femmes, parents, frères, sœurs, époux..autant de profils que je ne prenais pas la peine d'identifier chaque fois que mes canines venaient se planter dans leur chaire tendre à souhait. Je m'en moquais royalement. J'étais un vampire, je pouvais faire ce que je voulais. Durant les dix-huit premières années de ma vie – si on peut d'ailleurs parler réellement de vie – j'avais été frappé, rabaissé, humilié au point tel que je m'étais emmuré dans un silence de pierre, résigné à cette existence sans avenir. Je n'aurais jamais fait de mal à personne, pas même à une mouche à cette époque alors qu'une rage grandissante sommeillait en moi depuis tout ce temps. Il avait fallu que j'attende l'arrivée d'Ophélia, ma créatrice, pour qu'elle me libère enfin de mes chaînes. De là j'ai commencé à tuer.. et surtout à y prendre du plaisir, d'autant plus lors de mon retour à Tula, le village qui m'avait vu grandir. Rien que d'y repenser j'en jubilais.

Bien sûr j'eus des passages à vide, des périodes de folie meurtrière que moi-même je tente encore  d'éloigner de mon esprit car j'étais devenu totalement incontrôlable, tuant humains, chasseurs et vampires sans grande distinction. Tout ceci m'avait presque failli d'ailleurs d'être jugé par l'Autorité Vampirique ; une chance pour moi alors que j'avais gardé un minimum de bon sens en faisant disparaître les preuves de mes méfaits. La raison à ce comportement ? La mort de ma créatrice tuée par des membres de l'Ordre du Soleil. C'est sans doute à cette époque là que je me fis connaître, fructifiant mon nom comme celui d'un monstre que l'on raconterait aux enfants pour leur faire peur. Beaucoup de gens de mon espèce, et d'autres d'ailleurs, tremblent toujours aujourd'hui à l'écoute de mon prénom. Cela me fait sourire. Plus besoin de se présenter dans ce cas. Les rumeurs à mon sujet faisait suffisamment écho dans leur esprit. Mais je n'étais pas le seul immortel à faire frissonner le reste du monde. Heureusement d'ailleurs car autrement je me serais senti bien seul. Même si certains avaient légèrement modifié leur véritable identité pour se créer de toute pièce leur propre monstre. Au vu de mon âge avancé, peu de choses pouvaient m'échapper, si bien que la plupart du temps j'étais au courant de la vérité. A voir ensuite pourquoi je ne cédais pas à la tentation de tout révéler. Parfois cela pouvait m'être bénéfique.

Quelques heures de la nuit s'étaient à peine écoulées lorsque je décidai de rentrer chez moi. Je n'avais pas vraiment la tête à m'amuser ces derniers temps. Et j'avais peur que cet humain en soit la cause. Diable comment moi, Ismaël Vassili, avais-je pu m'enticher d'un mortel au point de ne trouver plus goût à la vie lorsqu'il n'était pas à mes côtés ? Je devais me ressaisir et vite ! Cependant quelque chose m'extirpa très vite de mes songes. A peine avais-je franchi le seuil de mon appartement qu'une odeur familière vint me chatouiller les narines. Il ne me fallut guère de temps pour la reconnaître. L'intruse en question se trouvait au premier étage. Une fois arrivée mes yeux se posèrent irrémédiablement sur la vampire en question, assise en tailleur sur mon lit. J'avais vu juste. « Je t'en prie, Lilith, entre donc et fais comme chez toi.. », lui dis-je avec une pointe d'ironie qui pouvait toujours être dangereuse avec moi. « Probablement que tu ne devais pas réellement l'inspirer », rajoutai-je dans un sarcasme mesuré. Sans en ajouter davantage, je lui enlevai rapidement mais avec précaution le livre des mains. La plupart des ouvrages présents dans ma bibliothèque étaient des originaux et donc extrêmement précieux à mes yeux. « Que me vaut le doux plaisir de ta visite ? », finis-je par lui dire tout en redescendant pour remettre le vieux livre à sa place.  




_________________


i'm the lovely devil.
Revenir en haut Aller en bas
 
Keep your friends close and your ennemies closer † Limaël.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: Les archives rp's.-