Naviguation
le guideles annexesles registresles personnagesles échanges

les répertoiresles missionsl'évolution

Quoi de neuf ?
Intrigue en Cours
Lorem ipsum dolor sit amet, consectetuer adipiscing elit, sed diam nonummy nibh euismod tincidunt ut laoreet dolore magna aliquam erat volutpat. Ut wisi enim ad minim veniam, quis nostrud exerci tation ullamcorper suscipit lobortis nisl ut aliquip ex ea commodo consequat.
Y participer





Partagez | 
 

 Almost... a beautiful world ❦ Ashton

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité

Invité




A beautiful world

Un monde magnifique. Des paroles qui pourraient résonner dans l'esprit de n'importe qui en cette ville, comme une litanie qui à force d'être répétée pourrait devenir réelle. Mais ces derniers temps, il s'agissait plutôt d'une chimère, l'Ordre du Soleil tournoyait dans les parages, toutes ces histoires de guerre entre le Sabbat et la Camarilla devenaient plutôt pesantes et ennuyantes. Voir même dangereuses selon les instants. Après tout le Sabbat avait tenté de s'en prendre à Austyn et ce simple fait me rendait malade. Ne pouvait-on pas nous laisser en paix ? Bien sûr que non, nous faisions parti de la Camarilla et notre famille n'était pas n'importe laquelle. Sauf que je pensais facilement que s'il nous arrivait malheur, à moi ou à mon frère, la souffrance rendrait mon père fou de colère et de rancœur. Peut-être était-ce leur but, mais c'était également une façon de faire idiote, puisqu'il n'en serait que plus dangereux.

Ainsi... je rêvais pourtant de ce monde magnifique tout en ayant conscience que cela n'arriverait pas de si tôt, alors quand j'avais rejoint une nuit Austyn au 'Last Round, un bar à vampire dans lequel je n'avais jusqu'alors jamais mis les pieds et où j'ai découvert une version pacifiste pour les vampires de se nourrir... Après tout, il servait du sang en verre, un peu comme ma propre manière de m'abreuver lorsque j'en avais envie, bien que je trichais un peu plus tout de même avec mon gobelet et ma paille opaque. Mais en tout cas, lorsque j'avais vu la façon dont son établissement fonctionnement, j'avais trouvé l'idée sympa et plus qu'intéressante. Une nouvelle façon de vivre harmonieusement avec les humains, tout en ayant la possibilité de boire du sang comme le commun des mortels une boisson dans un bar. Personnellement, je penchais plus pour de l'alcool ou un bon petit plat, puisque j'avais de quoi me sustenter là où je travaillais.

D'ailleurs, c'était lorsque je m'étais ravitaillée que j'avais eu l'envie de soutenir ce qu'Ashton Valerius faisait dans son bar. J'avais donc pris plus de poches que je n'en avais l'utilité, direction ma glacière à batterie, puis la villa, avant de finalement retourner dans la glacière lorsque vêtue d'une veste légère, j'avais quitté la demeure LaCroix pour en prendre la direction. Je n'avais finalement chargé les poches dans un sac congélation qu'une fois garée non loin des lieux. Un regard à droite, un à gauche, j'avais humé l'air ambiant par pure précaution juste avant de croiser l'un des vampires de la Camarilla qui se contenta de me saluer d'un léger signe de tête tandis que j'avançais dans la ruelle pour atteindre finalement l'enseigne désirée. Pourtant, je sentis son regard me suivre jusqu'à ce quelques pas de plus me mènent jusqu'à la porte et que je pénétre dans l'établissement pour me retrouver entourée de vampires assis au bar ou à des tables. L'endroit n'était pas glauque, loin de là, mais il manquait de la vie dans laquelle j'aimais m'égarer. Peut-être étais-je la seule créature des lieux à avoir un cœur qui palpitait dans ma poitrine, à posséder cette fragilité qui m'agaçait et me rendait différente des autres membres de ma famille. Celle-là même qui poussait mon père à me surprotéger et sûrement à demander à certains des membres présents ici-même à avoir un œil sur ma personne. Cela m'agaçait en un sens... je voulais être capable de me défendre seule, mais d'un autre côté, je savais que je n'aurais jamais le dessus face à un vampire trop âgé, à moins de ruses, d'agilité et d'un gros coup de chance. Haussant les épaules avec désinvolture et assurance, je traversais finalement la salle pour me diriger vers le bar.

« Hey vous ! » interpelais-je Ashton, mutine, taquine, en m'installant au comptoir, l'anse de mon sac congélation toujours à mon épaule comme s'il s'agissait d'un immense sac à main. « Le père noël m'envoie livrer quelques petits cadeaux au propriétaire des lieux. » ajoutais-je en déposant finalement le sac sur le comptoir pour lui en dévoiler le contenu lorsqu'il se rapprocherait.

made by BOHEMIAN PSYCHEDELIC
Revenir en haut Aller en bas

avatar
En ville depuis le : 17/10/2013
Gouttes de sang : 418
Célébrité : Jake Gyllenhaal
Crédits : Sevenways

♕ Prince de Transylvanie

Je vis depuis : Dans mon bar
Je suis : Vampire
Je suis : Gérant du The Last Round



Tenir un bar n'était pas chose aisée, surtout lorsqu'on ne pouvait se déplacer que la nuit pour s'approvisionner, et remplir les papiers administratifs. Ashton exerçait dans la légalité la plus totale : il ne voulait pas être l'un de ces vampires rebelles qui se contrefichaient des règles humaines, au point même de bafouer la plus importante, en buvant directement à la gorge de leurs victimes. Et il connaissait d'ailleurs, malheureusement, ce genre d'établissement...
Bref, le jeune Valerius grogna en rangeant quelques caisses dans sa réserve, sans le moindre effort pour porter des dizaines de litres d'une même main. Il ne s'était pas trompé dans ses comptes, et pourtant, il commençait à être à court de marchandises : finalement, il avait eu plus de clients que prévu. C'était une bonne nouvelle, dans l'absolu, mais il avait néanmoins un manque à combler.
Il sortit son portable, et composa le numéro d'Harlow, avant de réaliser qu'il n'avait pas de réseau dans la cave - un ancien technicien à crocs ne pourrait-il pas régler ce problème, pour faciliter la vie des non-morts vivants dans des sous-sols (c'est-à-dire une grande majorité de la communauté) ?
Il remonta donc les marches cinq par cinq, avec une habileté déconcertante, tout en cherchant les ondes désirées. Derrière son bar, à la surface, il captait beaucoup mieux.

    - Hey Harlow ! La forme ? La réponse toujours enthousiaste de la jeune femme le fit sourire, dans le vide. Dis, tu peux m'avoir du stock ce soir ? Son sourire s'évanouit. Harlow n'était pas de garde avant trois jours, et elle n'avait pas accès à la salle où le personnel rangeait les transfusions pour la prochaine semaine. Ok, tant pis. Tu passes quand même dans la nuit ? Ah ouais ? Il fronça les sourcils, légèrement soucieux. T'es sûre ? Demain alors. Il hocha la tête, et posa sa paume sur le comptoir, constatant qu'il avait besoin d'un coup d'éponge pour ne plus coller - le sang avait l'inconvénient d'être encore plus gluant que l'alcool, une fois renversé. Très bien ma belle, à plus.


A peine avait-il raccroché, que la sonnerie du téléphone se mit en route, produisant une vibration désagréable pour son ouïe sensible. Il avisa le nom qui s'affichait sur l'écran, Gloria, et leva les yeux au ciel, ne daignant pas décrocher... De toute façon, elle viendrait surement dès l'ouverture, pour réclamer un verre, ou un autre service.
D'ailleurs, un coup d'œil sur l'heure indiquée en haut à droite de l'appel lui appris qu'il était bien trop en retard pour perdre son temps à discuter avec elle.
Son employé du jour ayant demandé un congé, il avait du ménage à faire et de la vaisselle avant que les habitués ne se pointent pour prendre leurs doses nocturnes, le reléguant à un travail de simple serveur. Dire qu'il avait été promis à une vie de prince, lorsque son cœur battait encore... Il en était maintenant réduit à passer la serpillère. Mais après tout, il aimait ce qu'il faisait, et l'opportunité que lui offrait cette situation de rencontrer du monde.

Avec ses compétences vampiriques, il ne lui fallut qu'une dizaine de minutes pour avoir une salle reluisante de propreté, et prête à accueillir ses amis. Ceux-ci ne tardèrent pas à défiler, occupant les sièges les plus éloignées des fenêtres teintées, comme s'ils craignaient que le soleil, déjà couché depuis longtemps, puisse quand même les atteindre.
Alors qu'il préparait deux choppes d'AB tiède, Ashton entendit une voix familière l'interpeler, et se retourna avec une expression malicieuse.


    - Il est en avance alors ! Ou très en retard, constata-t-il en jouant le jeu de l'ingénu, faisant claquer une bise sur la joue de la nouvelle venue, lui apportant un cadeau inattendu. Mais je ne vais pas m'en plaindre... Surtout quand il envoie pour me livrer un si joli lutin !


Il gratifia son interlocutrice d'un clin d'œil complice. En tant que sœur d'un de ses premiers potes vampires, il n'avait jamais osé envisager une seconde une relation plus que cordiale avec la jeune fille, ce qui ne l'empêchait pas d'apprécier sa beauté toute particulière sans arrières pensées.
Il attrapa le sac qu'elle lui tendait, l'ouvrant avec impatience comme il aurait déballé un papier de fête, pour découvrir son contenu.


    - Super ! Y'en a combien ? A vue de nez, il aurait dit plus de 10 litres, ce qui était une quantité non négligeable, surtout quand celle-ci disparaissait des données des hôpitaux. Du A+, du O... Pour tous les goûts, c'est génial !


Il referma le sac pour le mettre directement au réfrigérateur pour des commandes spéciales - et plus chères - d'hémoglobine fraiche. Dans un même mouvement, il déposa entre sa compagne et lui deux verres, qu'il remplit d'un breuvage très sombre et épais.


    - Allez, dis-moi ce que tu penses de celui-là... C'était une de ses fiertés du moment : un cocktail de la maison, composé par ses soins. Et sinon, du neuf ? Qui c'était au fait, ce grand blond avec qui tu es repartie mardi ? J'l'avais jamais vu dans les parages...


Faisant mine de n'être qu'intrigué par politesse, alors qu'il se sentait réellement curieux de connaitre l'identité de cet inconnu, Ashton leva son verre, pour l'inciter à trinquer avec lui, ses prunelles avides ne quittant pas les siennes. Il n'avait même pas eu le temps de prendre un petit remontant, depuis qu'il était sorti de son antre.

_________________




What was right is wrong
“‘Cause I’m bleeding out... So if the last thing that I do is to bring you down, I’ll bleed out for you”


Dernière édition par Ashton Valerius le Ven 1 Nov - 17:16, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité




A beautiful world

Je n'eus pas à attendre bien longtemps avant que le vampire en vienne à se retourner pour me regarder avec malice. Répliquant déjà à mes paroles sur le même ton que le mien, tout en déposant sur ma joue un baiser sommes toutes assez fraternel alors qu'il me flattait sur le fait que j'étais un joli petit lutin du père noël, qui, il fallait bien le reconnaître, était sûrement un peu trop en avance, mais ce n'était pas bien grave. Si cela ne tenait qu'à moi, il y aurait des noëls bien plus souvent dans l'année, avec tout ce que cela sous-entendait. Peut-être parce que je l'étais à moitié, ou bien que le ciel lui-même ne me haïssait pas, puisqu'il ne me rejetait en aucune manière, même si ma naissance et ma famille ne m'avait jamais poussé dans les jupons de Marie. Bien évidemment, je n'avais aucun scrupule à me rendre dans une église, après tout, j'aimais certaines de leurs idées, mais le fanatisme avait également ses limites et je savais également que même si la foi pouvait rejeter certains des miens, ils n'étaient pas synonymes de diaboliques et cela m'indisposait quelque peu que sous prétexte que leur Dieu les rejette, ils appartenaient forcément aux ténèbres. Bien sûr, des morts qui marchaient, c'était contre-nature, tout autant que d'être en mesure d'avoir des enfants... qui eux ne l'étaient pas aux yeux du ciel. C'était complètement absurde en vérité et je me perdais sans cesse dans des hypothèses abracadabrantes qui ne tenaient pas la route lorsque j'y réfléchissais.

Fort heureusement, ce soir n'en faisait pas parti puisque Ashton garda mon esprit ancré dans la réalité des lieux où certains vampires préféraient se tenir très éloignés des fenêtres. Réaction primale, bien qu'idiote puisque le soleil était couché depuis déjà un petit moment et ne reparaîtrait pas avant des heures. Déjà, le vampire s'emparait du sac pour en scruter le contenu, plutôt content de ce qu'il y avait à l'intérieur, mais le contraire m'aurait étonné. « Assez pour contenter plusieurs clients. » répliquais-je volontairement vague. Après tout, je ne lui faisais pas payer le sang, pourquoi être précise dans ce que je lui apportais ? Il compterait plus tard... D'autant plus qu'il n'avait visiblement pas l'intention de le faire tout de suite puisqu'il s'arrangeait déjà pour placer entre nous deux verres qu'il ne tarda pas à remplir et dont le parfum titilla ma gourmandise. « A vu de nez ça a déjà l'air délicieux ! » m'exclamais-je en m'emparant du verre pour le porter jusqu'à mes lèvres pour en humer une nouvelle fois le parfum. Aucun risque que mes dents dévoilent une quelconque anomalie, ma mâchoire était tout ce qu'il y avait de plus humain, et cela ne me déplaisait pas du tout, puisque je n'aurais de toute manière jamais accepté de boire à la peau de l'un d'eux. Même avec une blessure, c'était tout simplement quelque chose que je m'interdisais.

Puis alors que je m'apprêtais à tremper l'une de mes lèvres dans l'épaisse substance, une question me fit relever les yeux sur Ashton, le scrutant attentivement. Ce n'était pas un vieux vampire et il avait encore tout de l'humain qu'il était auparavant, à ceci près que son cœur ne battait plus dans sa poitrine. Mais il avait toujours et ce pour l'éternité à venir, ce physique qui avait dû lui assurer nombre de conquête, cette petite fossette qui creusait sa joue, et ce regard devenu plus profond sans doute depuis sa transformation, un 'bel homme' en deux mots. Un bel homme qui jouait la carte de la curiosité polie, qui me faisait penser à cette idée de créer un dispensaire pour les hybrides et qui flottait dans mon esprit depuis que j'avais soignée Caelan, mais également de ce 'grand blond' avec lequel j'étais repartie l'autre soir et à vrai dire auquel je n'avais pas repensé depuis. Mais j'étais d'une humeur plutôt joueuse ce soir, alors pourquoi lui répondre avec franchise quand il me tendait la perche pour le taquiner ? « Je songe à ouvrir un dispensaire privé pour dissimuler les blessures des vampires et la nature du sang des goules et des hybrides... mais il n'y a rien de précis encore. » expliquais-je en gouttant le liquide qui se trouvait dans mon verre et dont la saveur était tout simplement délicieuse. « Et je suis repartie avec un grand blond ? Ah oui ? Et tu voudrais connaître son identité parce que... tu es jaloux de ne pas avoir été celui qui rentrait avec moi ? » taquinais-je avec un petit sourire en coin le vampire qui se tenait devant moi, avant de faire lascivement glisser ma langue sur mes lèvres. « Hum... aussi bon que le parfum le promettait. » dis-je encore, mon regard taquin toujours braqué sur lui.

made by BOHEMIAN PSYCHEDELIC
Revenir en haut Aller en bas

avatar
En ville depuis le : 17/10/2013
Gouttes de sang : 418
Célébrité : Jake Gyllenhaal
Crédits : Sevenways

♕ Prince de Transylvanie

Je vis depuis : Dans mon bar
Je suis : Vampire
Je suis : Gérant du The Last Round


Tandis que Dawn posait les lèvres dans son breuvage mystérieux, Ashton se décala légèrement pour servir un habitué : nul besoin de prendre commande, il savait précisément ce que préférait ce pluricentenaire à l'air grognon. Il lui servit donc, non sans lancer des regards attentifs à sa compagne, qui était finalement, sans doute, la seule à être réellement plus jeune que lui dans cette salle. En effet, l'hybride n'arpentait ce monde que depuis une vingtaine d'années - ou du moins, c'était ce que le Valerius avait compris. Il était plutôt vif pour enregistrer les informations, mais il fallait bien avouer que le monde de la nuit était vaste et relativement complexe pour quelqu'un qui le découvrait au bout d'un quart de siècle à penser qu'il ne s'agissait que de légendes : distinguer le vrai du faux, à présent, n'était pas tâche aisée.
Il fronça donc les sourcils, curieux, quand elle lui annonça son projet. Pour quel genre de blessures les vampires avaient-ils besoin d'être soignés ? Ashton, depuis qu'il avait été transformé, n'avait jamais souffert plus de quelques minutes d'une plaie, quelle qu'elle soit. Quant aux goules, malgré sa grande tolérance, il ne pouvait s'empêcher d'éprouver une pointe de dégoût à leur égard... Mais bon, il essayait de s'en prévenir, réalisant bien que rien ne pouvait subir ce genre de jugement hâtif.


    - Je vois... Tu n'as pas choisis ton orientation professionnelle au hasard ! Constata-t-il, connaissant le parcours universitaire de la jeune hybride, pour en avoir parlé avec elle et son frère. Par contre je ne suis pas sûr que tu vas réussir à convaincre les banques ou les assurances... Ajouta le gérant du Last Round avec une pointe d'ironie.


Lui-même ayant monté son entreprise, dans la plus large légalité possible, savait l'embarras que causait la condition de vampire. Il avait du batailler pour obtenir une licence pour servir de l'alcool - même s'il n'en vendait quasiment pas. Il avait du se montrer discret et coopératif pour que, monnayant quelques faveurs, les autorités le laissent tranquille.
Bien sur, maintenant, il espérait que son amie s'en sortirait aussi bien, et il s'engageait déjà à l'aider si besoin avec les négociations administratives. Car quoi qu'en disent les membres du sabbat, il valait mieux s'intégrer aux humains autrement que par la force - elle approuverait surement.

L'autre partie de sa réponse, bien que pure taquinerie, le laissa perplexe un instant : était-il jaloux ? Il n'y avait pas songé, à vrai dire, et cet angle d'observation le troublait d'autant plus qu'il y percevait une pointe de vérité. Il cacha sa réflexion en vidant son verre brusquement, redécouvrant également ce parfum qu'il avait si bien composé. Pour une fois, il était réellement fier de ses talents... Trouver de justes proportions n'étaient pas chose facile, et il s'y était repris à plusieurs fois, avant d'obtenir un mélange parfait.


    - C'est exactement pour cette raison que je te surveilles : tu ne sais même pas ce que tu fais ! S'exclama-t-il ensuite d'une voix adoucis par le liquide onctueux et par l'affection qu'il portait à la demoiselle. Quand à rentrer avec toi... Hum, je ne pourrais plus regarder ton frère en face, si tu me réclamais pour toi toutes les nuits - et tu le ferais sans doute après ça !


Finalement, il choisissait de prendre ce flou étrange sur le ton de la rigolade. Dans son esprit, il n'y avait de toutes façons aucun moyen pour que ce fantasme se produise : ils pouvaient donc en rire sans ambiguïté normalement.
Elle semblait apprécier son cocktail autant que sa compagnie, et c'était tout ce qui lui importait dans l'immédiat. Il ne pouvait pas se plaindre de son éternité depuis qu'il était propriétaire de cet établissement : ce n'était qu'un enchainement de bon temps passé avec des créatures nocturnes toutes plus intéressantes les unes que les autres - les pervers et les assoiffés de chair humaine préférait l'univers cloitré des clubs de débauche comme celui que tenait Jude Aberline.

_________________




What was right is wrong
“‘Cause I’m bleeding out... So if the last thing that I do is to bring you down, I’ll bleed out for you”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité




A beautiful world

Cette idée de dispensaire me trottait dans la tête comme une vieille litanie dont je n'arrivais à me débarrasser. Tout simplement parce que plus j'y réfléchissais, plus je la trouvais bonne, dans le sens où ce dernier aiderait à dissimuler la présence de vampires dans la Cité des anges, avec peut-être un peu plus de facilité, surtout compte tenu du contexte actuel, avec les actions du Sabbat qui ne cessaient de grossir et de tenter de mettre à mal la situation de la Camarilla. Pourtant, n'était-ce pas le mieux pour tout le monde de vivre en cohabitation ? Après, trouver une légitimité à cet endroit pourrait être plus compliqué, mais puisqu'il s'agissait de dissimuler les blessures faites par des vampires, donner une apparence d'humanité à ces êtres sans âge en laissant supposer d'une hospitalisation qui bien évidemment serait totalement fausse, mais offrirait une face publique crédible et plus humaine, sans oublier les goules et les hybrides dont le sang n'avait rien de normal et qu'une simple analyse de sang pourrait mettre à jour l'anomalie en question. Bien sûr, il y avait également ce côté plus obstétrique vers lequel je dirigeais mes recherches pour tenter d'aider les femmes portant des hybrides à survivre à cette étape normalement mortelle. Parce que je désirais moi-même porter un enfant ? Pas pour l'instant non. J'aimais mon indépendance, le fait de vivre ma vie en toute simplicité et liberté, dans la mesure du possible. Mais c'était l'un des côtés que personne ne surveillait pour moi, et fort heureusement. Avoir déjà des anges gardiens sur le dos n'était pas toujours si simple après tout.

Mais si j'en revenais à mon idée d'ouvrir un dispensaire... il me faudrait soit la présence d'un médecin résident, soit attendre de le devenir, soit ouvrir dans une certaine illégalité. Mais la légalité avait l'avantage de livrer des poches de sang en cas de nécessité. Un autre avantage non négligeable dans la position que nous avions face au monde. Aussi me faudrait-il y réfléchir plus sûrement et plus longuement avant de me lancer dans l'aventure. Et pour le moment je me trouvais dans ce bar à vampire en compagnie d'Ashton, qui bien qu'il continuait à m'écouter, à me lancer des œillades, s'occupait en parallèle d'un autre client qui n'eut même pas à ouvrir les lèvres pour se retrouver avec sa commande habituelle. Avant qu'il n'en vienne à commenter mes premières paroles... Non, jamais. La mort de ma mère avait motivé mon intérêt pour la médecine, et plus j'avançais, plus j'étais certaine d'avoir emprunté la meilleure voie pour m'épanouir, même si cela prenait pas mal de temps. Mais un petit rire s'esquiva de mes lèvres à l'ironie qui s'esquiva des siennes. « Si tu savais tout ce qu'une jolie fille, l'argent et un nom de famille peut obtenir dans une ville comme celle-ci, tu serais étonné. » répliquais-je sur le ton d'une ironie moqueuse, car après tout, mon père était riche et je n'avais fort heureusement pas l'embarra d'être pleinement vampire. Pour une fois, ma nature d'hybride me servirait sûrement bien plus que si j'avais été vampire. Déjà, ma résistance naturelle à l'appel du sang me permettait de travailler parmi des blessés sans risque que je finisse par m'en prendre à eux, de plus je pouvais sortir au grand jour, j'avais un reflet, ... il me faudrait seulement m'assurer du silence de quelques êtres... avec mon sang cela pourrait être une solution pour que les yeux se ferment sur mes activités. « Mais de toute façon je n'en suis qu'à la phase réflexion. J'y songe, rien n'est fait. Et il faudra que j'obtienne l'accord de mon père. » dis-je en lui faisant un léger clin d’œil. Autrement dit prévoir un laïus suffisamment convaincant pour qu'il n'y voit pas une nouvelle exposition de ma petite personne.

Puis j'avais enchaîné sur la taquinerie au sujet de ce grand blond et d'une hypothétique jalousie venant du vampire. Chose à laquelle je ne croyais pas vraiment, puisqu'il n'avait jamais rien tenté en ce sens, y compris lorsque je venais seule et qu'Austyn n'était pas dans les parages. Ses lèvres n'effleuraient jamais que mes joues et ses gestes n'avaient jamais rien soufflé d'une éventuelle ambiguïté désirée. Sans me répondre immédiatement, il vida tout simplement son verre, tandis que j'ingérais une nouvelle gorgée de l'onctueux mélange qui me plaisait peut-être un peu trop pour ne pas être une gourmandise à laquelle je reviendrais goûter par la suite. Mais déjà voilà qu'il soulignait que je ne savais même plus ce que je faisais... hum, le grand blond n'était qu'un instant dans ma vie, rien de durable et mes prunelles vinrent jouer avec le plafond par pure effronterie, juste pour continuer ce même jeu que nous venions de débuter et auquel il semblait également prendre plaisir à la vue de ce qu'il ajouta par la suite. « Peut-être qu'il ne m'a pas marquée plus que ça... » soufflais-je, un petit sourire mutin figé sur mes lèvres, alors que je poursuivais mes paroles en m'inclinant légèrement, lui faisant signe de l'index de se rapprocher légèrement, bien qu'aucune créature présente dans ce bar ne pouvait manquer mes paroles quelle que soit la hauteur de mon timbre. « Je crois plutôt que tu aurais peur de ne plus pouvoir te passer de moi et de devoir avouer à mon frère pourquoi tu regardes si fixement sa sœur. » dis-je, sûre de moi. Alors qu'en vérité je ne me pensais pas si irrésistible que cela. Mignonne, plutôt jolie, avec ce petit quelque chose que ma nature révélait en moi. Mais j'aimais en jouer tout simplement et je regrettais presque ce bar qui m'empêchait de laisser mon pied glisser contre la jambe du vampire juste pour pousser le jeu un peu plus loin. « On parie ? » demandais-je sans perdre mon petit sourire en coin.

made by BOHEMIAN PSYCHEDELIC
Revenir en haut Aller en bas

avatar
En ville depuis le : 17/10/2013
Gouttes de sang : 418
Célébrité : Jake Gyllenhaal
Crédits : Sevenways

♕ Prince de Transylvanie

Je vis depuis : Dans mon bar
Je suis : Vampire
Je suis : Gérant du The Last Round


Ashton éclata tout simplement de rire au constat malicieux de la demoiselle. En effet, lui n'était ni jolie fille, ni riche depuis qu'il avait été déshérité indirectement, et son nom n'était plus qu'un handicap... Forcément, il n'avait pas eu les mêmes facilités qu'elle posséderaient pour monter son projet. Mais il n'était nullement jaloux, bien au contraire : il était absolument ravi qu'elle possède tous ces atouts et puisse en user. Surtout qu'il trouvait l'idée sympathique, et généreuse. Pour la première fois peut-être, il constata qu'ils avaient plus en commun qu'il ne l'aurait cru au premier abord, d'après sa naissance. Elle avait bon cœur, et le sien, s'il avait battu, l'aurait surement fait à l'unisson, parce qu'il partageait les mêmes espoirs.

    - Je n'en doute pas... Et avec ton caractère têtu en plus, rien ne peut te résister ! Se moqua-t-il gentiment. En tout cas, c'est une bonne idée, ajouta le gérant du Last Round comme s'il avait eu à donner son accord, lui aussi. Salut Rufus, tu connais Dawn ? Poursuivit-il sur sa lancée, jouant sur les deux tableaux, en présentant son interlocutrice à un client qui venait chercher son verre d'hémoglobine.


Il répondit par un grognement un peu rustre à l'encontre de la Lacroix, se contentant surtout de poser un regard insistant et déplacé sur son décoletté, avant de s'emparer de sa choppe pleine, pour se trouver une chaise dans un coin sombre.


    - Il a l'air de te trouver à son goût, commenta Ashton, amusé par ce genre de comportements, qui étaient somme toutes assez fréquents dans les tavernes, vampiriques ou non. La communauté des suceurs de sang s'entachait aussi de quelques membres isolés, insaisissables, rebelles à la vie trop morose pour être évoquée plus que le temps de finir un verre. Mais je ne te laisserais pas lui briser le cœur, en faisant de lui l'un de tes amants vite oubliés ! Conclut-il avec un ton faussement dramatique, exagéré, pour souligner l'aveu de la brune concernant son blond mystérieux.


Il profita de son hilarité pour remplir de nouveau leurs coupes de son breuvage personnel, et trinquer à ses conquêtes, volontaires ou non, pour la taquiner. Si elle voulait s'essayer à la séduction ce soir, elle trouverait en Ashton un partenaire coriace... Surtout quand son esprit refusait obstinément de lui permettre un flirt qu'il s'était juré involontairement interdit, par sa loyauté infaillible à ses amis.
Mais tourner autour du feu ne voulait pas dire s'y jeter, même si le risque d'être effleuré par les flammes était grand... Il la gratifia donc d'un de ses sourires charmeurs, en se penchant vers elle au dessus du comptoir.


    - Et comment comptes-tu évaluer ce pari, petite maline ? Chuchota-t-il sur le ton de la confidence. Tu ne tiendrais même pas jusqu'à chez toi avant de m'arracher mes vêtements !


Grisé par l'atmosphère tranquille de cette soirée, et le calme de son établissement, qui fonctionnait parfaitement, sans troubles, bien qu'il soit seul, Ashton ne se rendait pas compte qu'il s'aventurait sur un terrain dangereux... Au début naïves et sans arrières pensées réelles, son esprit déviait sournoisement vers une vérité plus troublante au fur et à mesure qu'ils se creusait le sujet. Il savait bien pourtant qu'il ne l'aimait pas plus que comme une très bonne amie... Mais le désir, chez les vampires, étaient parfois prédominant sur les sentiments, et Ashton l'avait pourtant déjà assez expérimenté pour s'en méfier, d'habitude.
Un peu trop tard, il tenta néanmoins une diversion.


    - Au fait, où il est justement, ton frère ? Ca doit bien faire une semaine que j'l'ai pas vu. Avec toutes les tensions entre les différents clans, et l'Ordre du soleil qui revenait en force, il y avait de quoi s'inquiéter lorsque l'un des leurs disparaissait. Mais Ashton se doutait bien, au fond, que Dawn ne serait pas venue si joyeusement s'il s'était passé un drame quelconque.

_________________




What was right is wrong
“‘Cause I’m bleeding out... So if the last thing that I do is to bring you down, I’ll bleed out for you”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité




Under my skin

Je l'entendis me répondre qu'il n'imaginait pas que l'on ne finirait pas par me céder tôt ou tard vu ma détermination... si seulement c'était vrai, y compris avec mon père, je passerais plus de temps avec lui plutôt qu'à détester son côté surprotecteur parce qu'il me juge trop faible. Ce qui est vrai, mais là n'était pas la question de toute manière, j'appréciais la réplique d'Ashton même si elle était légèrement moqueuse au départ. « Merci, mais si rien ne peut me résister chez les mortels, l'immortalité est une amante plus capricieuse. Tu en sais quelque chose, non ? » soufflais-je juste avant qu'il ne me présente à l'un des vampires qu'il servait au même moment. Mon regard s'attarda sur le dit Rufus, mais celui-ci, plutôt que de me regarder dans les yeux sembla se perdre sous ma gorge comme s'il jugeait de ce qu'il aurait aimé esquisser et palper à son grognement. Je l'avais effectivement déjà croisé, mais il n'avait jamais trouvé la route jusqu'à mon lit et ne la trouverait sans doute jamais. J'aimais les hommes avec qui je pouvais avoir un minimum de conversation et ne pas craindre de finir blessée à la fin d'une étreinte, car si immortelle que j'étais, je n'en restais pas moins aussi fragile qu'une humaine. Rufus était du genre trop rustre à mon goût, même si Ashton se plut à souligner combien son cher client me trouvait à son goût. « Tout comme le AB négatif... » remarquais-je simplement, comparaison qui aurait pu également aller traîner plus bas que la ceinture, mais je restais un minimum polie. Quant à la suite des paroles du barman, cela me fit ouvrir une bouche en O digne d'un "non mais comme si j'étais la pire des briseuses de cœurs !" avant de me mettre à rire, alors qu'il nous resservait de son délicieux breuvage. « Il faudrait déjà qu'il en ait un. Tu es sûr que ce n'est pas quelque chose comme son égo que je froisserais si je ne le rappelais pas et l'oublierais ? » soulignais-je en généralisant ma manière de voir les hommes, qu'ils soient vampires ou non, tandis que nous trinquions.

Puis, à la suite de mes paroles le mettant au défi de vérifier qui de nous deux deviendrait dépendant de l'étreinte de l'autre, il se pencha par-dessus le comptoir, m'accordant un sourire charmeur qui avait dû lui accorder bon nombre de faveurs humaines, voir immortelles. Me murmurant, comme s'il ne voulait qu'aucune oreille ne puisse prêter attention à ses paroles, de lui révéler comment je comptais m'y prendre, surtout que je... Hum, le vile arrogant trop sûr de lui. J'avais eu de l'entraînement, je n'avais peut-être que vingt-et-un ans, mais je les avais eu bien plus vite qu'aucun humain, j'avais déjà eu le temps de vivre, d'apprendre, de me noyer dans ce qu'exister signifiait tant pour les mortels que pour les immortels, du moins de ma position, n'exagérons rien. « Ce n'est pas un concours pour savoir qui retirera les vêtements de l'autre en dernier et peut-être que tu aurais raison sur ce point... je toucherais volontiers ton corps avant d'arriver où que ce soit. » murmurais-je en me surélevant à mon tour de mon tabouret, mon index venant effleurer sa gorge avec lascivité, sinuant lentement, sensuellement, vers le bas sans le perdre des yeux. Alors qu'il tentait finalement une diversion en me demandant des nouvelles de mon frère, étirant plus encore le sourire amusé qui trônait sur mes lèvres. « Il allait bien quand je suis partie de la villa, il sort comme à son habitude mais je ne sais pas où il est allé ce soir. »

Je ne le babysittais pas et il ne le faisait pas non plus. Nous gardions néanmoins contact par téléphone et je savais que si le Sabbat était venu s'en prendre une nouvelle fois à lui, il m'aurait prévenue. Ou à défaut, un autre membre de la Camarilla l'aurait fait par le simple fait de devoir me protéger parce que la nuit ne serait que moins sûre encore qu'auparavant. « Et si je ne m'abuse tu tentes de changer de sujet. Tu as peur que j'ai raison ? Que tu ne puisses plus te passer de moi si tu venais à me toucher ? » Mais puisque rien ne semblait si sombre pour ce soir, je n'allais pas lâcher mon petit jeu du soir, d'autant plus qu'il était sûrement un peu plus embarrassant que je ne l'aurais voulu, puisque les battements de mon cœur semblaient s'être accélérés légèrement : aveu involontaire que même si jeu il y avait, si je pensais qu'il ne céderait pas, combien même j'insisterais, je n'étais pas aussi maîtresse de moi-même puisque c'était un véritable désir que je me découvrais pour cet homme, ce vampire que je n'aurais jamais. « Car pour savoir qui resterait dans la tête de l'autre... il faudrait goûter la saveur de nos lèvres, et laisser la nature suivre son cours... Mais peut-être as-tu trop peur pour ton cœur ou pour ton égo pour tenter de gagner un simple pari contre une fille ? » le taquinais-je en appuyant sur le bouton délicat de l'égo masculin. Celui-là même qui poussait parfois les hommes aux pires folies, dans le bon sens autant que dans le mauvais.

made by BOHEMIAN PSYCHEDELIC
Revenir en haut Aller en bas

avatar
En ville depuis le : 17/10/2013
Gouttes de sang : 418
Célébrité : Jake Gyllenhaal
Crédits : Sevenways

♕ Prince de Transylvanie

Je vis depuis : Dans mon bar
Je suis : Vampire
Je suis : Gérant du The Last Round

Tandis que Dawn s'amusait de leurs échanges, Ashton l'observait du coin de l'œil, toujours occupé à gérer son bar tout en discutant. Plus il la regardait, et plus il la voyait différemment. Comment n'avait-il pas remarqué avant les traits fins de son visage, pourtant si charmant ? Sa bouche, fendue d'un sourire communicatif, mais aussi prometteuse de douceurs inespérées ? Pendant qu'elle parlais, Ashton sentait son attention obnubilée par ses lèvres, curieux d'éprouver leurs caresses, frémissant d'une envie croissante, et impossible à nier désormais, de les sentir se mouvoir sur sa peau...
Arraché à ce fantasme qu'il jugeait malsain, et qu'il aurait eu honte d'avouer en bafouant son amitié avec Austyn, par une question malicieuse, il replongea ses prunelles dans celle de la jeune femme, pour mieux se concentrer sur leur conversation... Un mauvais calcul, car la lueur qui les habitait, joueuse, était tout aussi tentatrice que le reste de son corps.

    - Qu'insinue-t-on donc ? Que je suis un garçon difficile ? Il prit un air choqué, et légèrement mijaurée. Il avait suffisamment confiance en sa virilité pour se permettre ce genre d'imitation maladroite. Essayerais-tu de menacer ma vertu ?


Il suivit des yeux le pauvre Rufus, que son incapacité à se détacher de quelques déviances perverses rendait bien seul... Après tout, il n'était ni méchant ni dangereux : s'il venait dans son bar pour y trouver une compagnie lointaine, Ashton restait persuadé qu'il n'allait jamais plus loin. Il se nourrissait ainsi, en utilisant la fortune qu'il avait amassé durant de longues années nocturnes pour s'offrir un sang généreusement offert par des donneurs volontaires - qui ne savaient pas néanmoins que leur sang servirait à maintenant un mort en forme et non à sauver une vie.

    - Non... Je crois vraiment qu'il a un cœur, comme tous le monde, même si certains ont tendance à ne plus l'écouter, soupira-t-il, rendu un peu mélancolique par ce constat. Il resta un instant silencieux, avant qu'un sourire s'épanouisse de nouveau sur son visage, comme s'il venait de découvrir un cadeau laissé à son intention - décidément, c'était le soir de Noël, oui, à n'en plus douter. En parlant de cœur... Le tien bat drôlement vite...


Il laissa cette constatation en suspens, fixant la demoiselle avec intensité, réalisant avec un plaisir non dissimulé que celui-ci s'emballait plus encore ainsi. Elle ne pouvait certainement pas soupçonner l'attrait que représentait la chose pour un vampire : non seulement elle réveillait leur faim, dans tous les sens du terme, mais aussi leur désir de l'impossible, toucher du doigt la sensation d'une vie qu'ils n'auraient plus jamais. Ashton serait mort plusieurs fois, juste pour sentir ce flux régulier pulser en lui... Au pire, pour l'éprouver, tout contre sa peau, comme s'il lui appartenait, comme s'il pouvait le contrôler. Il comprenait maintenant pourquoi, malgré les risques d'une telle union, des vampires se complaisaient dans l'amour d'une humaine, juste pour ce détail insignifiant, auquel les mortels ne faisaient plus attention.

D'ailleurs, si le sien avait été encore fonctionnel, il ne faisait aucun doute qu'il aurait explosé, sous la pression de l'index de l'hybride sur son torse, qu'elle faisait glisser langoureusement. Il se pencha plus encore pourtant, au lieu de s'écarter pour la fuir, repoussant encore et encore les limites de sa volonté.

    - Fais gaffe de ne pas trop m'allumer, ma chère Dawn, car moi je ne me contenterai pas de toucher... Insinua-t-il très sérieusement cette fois, pesant d'une voix rauque la teneur de ces mots, qui étaient surement les plus honnêtes qu'il lui avait donné sur le sujet. Néanmoins, il se radoucit en constatant que la disparition d'Austyn n'avait rien d'anormal. Repartant dans l'atmosphère excitante qu'elle lui imposait désormais avec aisance, la petite Lacroix voulut obtenir une réponse à son raisonnement, qu'Ashton avait si bien essayé d'éviter : tant pis pour elle, elle en aurait une. Evidemment, tu ne prends pas de risques avec une telle affirmation : tu connais assez bien les vampires pour savoir que nous sommes insatiables, dans tous les domaines.


Les prunelles du Valerius se firent plus sombres, langoureuses, pleines de promesses, avant qu'il ne serve encore la demoiselle, qui vidait maintenant son verre sans même s'en rendre compte - surement parce que le breuvage avait quelque chose d'addictif et d'enivrant, comme cette danse qu'ils effectuaient dangereusement.

    - Hum... C'est mon honneur que je ne peux contraindre à un tel pari, et tu le sais parfaitement, répondit-il en serrant les dents, s'écartant pour ne pas céder à l'appel qu'elle lui lançait. Plusieurs clients les surveillaient, et il aurait été humilié si l'un d'eux avait rapporté une telle scène à son ami... Qui s'en fichait peut-être, mais qu'importe : Ashton avait des principes moraux. Et pourtant je sais que je pourrais te faire adorer ta défaite, et vouloir perdre encore et encore...


Bon... Il faudrait qu'il fasse une pause, après ça, parce que son self control n'était pas encore à toutes épreuves, et qu'elle le tiraillait douloureusement, sans s'en rendre compte.

_________________




What was right is wrong
“‘Cause I’m bleeding out... So if the last thing that I do is to bring you down, I’ll bleed out for you”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité




Under my skin

Un nouveau rire s'extirpa de mes lèvres à son imitation qui aurait mis mal à l'aise énormément d'hommes ou de vampires, quels que puissent être leurs âges, pour la simple et bonne raison que la virilité était assez brumeuse pour ne pas toujours être assumée. Ou peut-être également parce que certains hommes soufflaient de la bivalence de certains de leurs congénères aux mœurs incertains. J'étais d'ailleurs de celles qui savaient profiter des deux genres, aimant, m'égarant, dans l'incertitude d'un sexe préféré, chacun apportant son lot de douceurs et d'amertumes. Mais à cet instant, il me faisait rire et j'ajoutais avec toujours cette étincelle joueuse au fond des yeux...  « Peut-être bien. » ... concernant sa petite vertu.

Puis nous en vinrent à parler de cet autre vampire, ce Rufus que je n'imaginait que trop peu porté sur les sentiments, me rendant sommes toutes incapable de briser son cœur ou d'y faire la moindre fêlure si jamais nous venions à passer une nuit ensemble, éventualité à laquelle je me refusais tout simplement. Néanmoins, le timbre de la voix d'Ashton me poussa à le regarder, laissant mes prunelles revenir jouer sur ses traits pour les étudier, suivre la courbure de ses lèvres, m'égarer sous le désir envieux qu'il éveillait en moi tout en décelant cette ombre mélancolique sous l'absence d'écoute pour cet organe qui ne palpitait plus dans sa poitrine mais qui buttait obstinément contre la mienne sous un écho presque fourbe. « Mais ce n'est pas avec son cœur qu'il pense lorsqu'il me regarde... » soufflais-je comme désireuse de briser cette aura insidieuse dont je n'avais pas envie, je préférais notre jeu. En parlant de cela, voilà qu'il choisissait précisément cet instant pour prêter attention au mien et à ses battements précipités, reflet de ce désir qu'il éveillait en moi alors que j'étais persuadée de ne jamais pouvoir avoir l'homme face à moi, celui-là même qui respectait bien trop mon frère pour oser ne serait-ce qu'avoir un geste déplacé. Sa réflexion ne fit d'ailleurs qu'intention l'afflux de mon sang vers cet organe qui ne fit qu'accentuer sa puissance et sa force dans ma poitrine, détail qui ne devait pas échapper aux autres créatures nocturnes qui se trouvaient dans la pièce, celles-là mêmes devant lesquelles j'aurais pu être nue sans une once de gêne, mais dévoiler des détails de ce genre n'avait pas pour effet de me mettre particulièrement à l'aise face à eux. Cherchez l'erreur... quand pour toutes les filles de ma connaissance c'était l'inverse, il fallait que je ne sois pas cohérente à ce sujet. Sûrement parce que justement, j'avais grandi parmi ces suceurs de sang au caractère affirmé et dont je connaissais la force et les talents. « La chaleur sûrement. » mentis-je éhontément en croisant le regard du vampire à qui le mensonge était effectivement destiné, un petit sourire mutin se dessinant sur mes lèvres. Mais en vérité, ce dernier n'était un secret ni pour lui ni pour moi, et les spectateurs ne devaient pas être plus dupe que cela, mais ils n'étaient que cela, des spectateurs que j'avais décidé d'ignorer tandis que je jouais avec Ashton, m'amusant à déceler les limites de ses résistances, à venir les caresser, les effleurer, les faire languir d'une impatience et j'étais curieuse de savoir l'effet que tout ceci produirait, combien même son bar était ouvert et personne n'était présent pour le tenir à sa place.

Il m'imita, s'inclinant à son tour vers moi, rapprochant nos visage et accentuant notre proximité de cet instant. Mais ce fut son timbre plus encore que les mots qu'il prononça qui m'indiquèrent qu'il n'était pas insensible à ma présence et au jeu que nous avions débuté, me mettant en garde sur ce que je risquais de réveiller dans les profondeurs de son être... « Serait-ce une menace monsieur Valerius ? » soufflais-je finalement, avant de répondre à son interrogation sur Austyn, sans oublier bien évidemment de poursuivre mon investigation et l'errance de notre jeu que j'imaginais à présent se farder tôt ou tard d'une douceâtre frustration. Désireuse de découvrir s'il craignait véritablement de ne plus pouvoir se passer de mon corps si... vivant contre le sien, de sentir mon cœur prêt à se briser lors d'une étreinte... Avait-il ne serait-ce que tenté l'expérience avec une humaine depuis qu'il était devenu vampire ? Avait-il déjà imaginé l'effet que cela pourrait produire en lui ? Peut-être finalement l'entraînais-je dans cette venelle dangereuse pour qu'il prenne conscience d'un besoin qui ne le taraudait pas jusqu'à présent, telle une sournoise instigatrice. « Tu avoues sans même te battre que je gagnerais le pari... » soufflais-je en réponse à son aveu, à ce besoin qu'il aurait de renouveler l'expérience encore et encore, parce que les créatures de la nuit étaient insatiables, désireuses de retrouver ce qui avait pu être si doux ou si bon.

D'un geste presque mécanique, je portais à nouveau mon verre pour laisser glisser le breuvage dans ma gorge tout en savourant le parfum délicat qu'il laissait sur mon palet, cette saveur presque lascive aux saveurs extatiques qui ne faisaient que refléter la profondeur de cet instant des plus atypiques nous concernant. Jamais nous n'avions frôlé le désir, le caressant, le titillant avec autant de légèreté et je le regrettais presque. Puis sa nouvelle réponse, troublante d'une sincérité qui rappela à ma mémoire l'amitié qu'il portait à Austyn et qui le retenait sans doute bien plus de mettre tous ses clients à la porte pour nous laisser aller à un instinct sourd et aussi vieux que la nuit des temps elle-même. Un léger rire s'esquiva de mes lèvres mutines alors qu'il se reculait, sa mâchoire se contractant dans un même temps, comme pour me dévoiler combien il semblait regretter de ne pas pouvoir céder à cet appel trop lascif et prometteur. Néanmoins, alors que je m'apprêtais à répliquer, il me prit de vitesse, affirmant cette fois-ci que la perdante ce serait moi et qu'il serait capable de me rendre désireuse de perdre encore et encore sous le firmament de ces nuits douceâtres qui ne cessaient de nous envelopper. « Ce ne sont que des mots, tu présumes un peu trop vite de ta victoire. » dis-je une nouvelle fois avant de tendre le bras pour capturer le col de son vêtement et l'attirer vers moi, mes lèvres à quelques centimètres des miennes, mon souffle chaud venant les effleurer comme sous la promesse sournoise de tout ce dont son honneur le privait. « Les fruits défendus ont toujours un parfum d'interdit qui attire inexorablement. » soufflais-je finalement en délassant mes doigts... « Je sais que je gagnerais mais je respecte ton honneur. » ... mes lèvres dévièrent jusqu'à déposer un baiser doux sur la peau de sa joue.

made by BOHEMIAN PSYCHEDELIC
Revenir en haut Aller en bas

avatar
En ville depuis le : 17/10/2013
Gouttes de sang : 418
Célébrité : Jake Gyllenhaal
Crédits : Sevenways

♕ Prince de Transylvanie

Je vis depuis : Dans mon bar
Je suis : Vampire
Je suis : Gérant du The Last Round


Si les spectateurs de la scène pouvaient en percevoir la tension de là où ils étaient, ce n'était rien par rapport à ce qu'Ashton pouvait ressentir. Il avait l'impression de s'être assis sagement pendant des mois sur un rocher qui finalement recouvrait une colonie de fourmis rouges, ou d'avoir couvé tranquillement un œuf qui se révélait contenir un dragon, plutôt que le gentil poussin espéré. Bref, il tenait entre ses mains une bombe prête à lui exploser à la figure s'il faisait le moindre pas déplacé... Et il était dur de ne pas aller vers la jeune fille, que tous ses instincts réclamaient désormais.
Mais peu importait, car il ne pouvait céder et elle le savait aussi bien que lui : il ne voulait pas détruire leur amitié, ni celle qu'il avait avec son frère et qui lui était précieuse - non seulement parce qu'il l'appréciait vraiment, mais également car sa tranquillité vis-à-vis de la Camarilla en dépendait.

En effet, Ashton confirma les doutes de la demoiselle concernant son client avec un sourire mystérieux : il ne voulait pas approuver clairement, mais il n'en pensait pas moins... En même temps, il ne pouvait guère le lui reprocher maintenant que lui aussi cédait aux charmes qu'elle dégageait, tiraillé justement par son cœur auquel il donnait trop de valeur pour le trahir.


    - La chaleur... Répéta-t-il d'un air pensif, avide de cette sensation qu'il n'avait pas eu depuis trop longtemps. Sa peau à elle, était-elle chaude comme sa nature le promettait ? Il posa un instant un regard insistant sur la main qu'elle trainait sur le comptoir, imaginant déjà l'effet qu'elle pourrait avoir sur sa peau glacée... Il s'en détourna bien vite, pour reporter son attention sur ce visage audacieux, qui le provoquait, trop près pour leurs propres biens. Il va falloir que je te refroidisse alors... Quel fardeau !


Tout comme la déclaration de la Lacroix pouvait être ambigue, la sienne l'était aussi, car il aurait pu la couper dans ses élans, comme la serrer contre son corps froid comme la mort, pour accomplir une telle tâche... Mais il ne savait pas, dans ce cas, s'il obtiendrait véritablement les effets escomptés. Elle n'eut pas l'air de craindre ses paroles, s'approchant encore... Pourtant, il n'aurait pas pu être plus sérieux, sa voix vibrant d'une menace bien réelle, qu'elle n'aurait pu prendre mal que si elle n'avait pas désiré la subir, d'une certaine façon.


    - Tu interprètes ça comme tu veux, petite maline... De toute façon, c'est ce que tu fais depuis que tu t'es engagée dans cette conversation ! Affirma-t-il en relevant le menton, faussement offusquée, sous entendant qu'elle soulevait des messages subliminaux là où il n'y en avait pas... Ils connaissaient parfaitement, pourtant, tous les deux, les risques qu'ils encouraient à se distraire de ces mots un peu trop parlants. Tu gagnerais... C'est facile, quand tu n'as visiblement rien à y perdre !


Il lui adressa un clin d'œil malicieux. Dans toutes leurs suppositions de victoires, un flou artistique régnait : probablement que l'enjeu les satisferait tous les deux, quelle qu'en soit l'issue. La récompense ne serait-elle pas également partagé, s'ils venaient à aller au bout de l'expérience ? Il n'y avait que l'honneur d'Ashton qui subirait un coup critique dans la bataille... Cela en valait-il la peine, alors qu'il y avait tant d'autres façons de sustenter ses besoins ? Les antiques clientes qui réclamaient ses soins presque chaque nuit lui paraissaient bien fades pourtant, à présent, devant l'éventualité d'avoir la jeune hybride pour adoucir son trépas.


    - Tu as sans doute raison, concéda le gérant du Last Round à la considération de son interlocutrice sur son état inaccessible, et l'attirance inéluctable qui en découlait. Elle respectait néanmoins son honneur, et il hésitait entre s'en réjouir et s'en désespérer. Allons, ne sois pas triste, l'anticipation dans l'attente est plus délicieuse que l'acte en lui-même. Imagine-toi perdre, et ta victoire t'auras au moins offert des images inestimables. C'est un bon lot de consolation.


Un client à la mine plus détendue et repue qu'il l'était en arrivant, posa sa choppe sur le bar, vide, ainsi que quelques pièces bien scintillantes, pour le service. Ashton s'empressa, avec sa rapidité nouvelle de vampire, de ranger le tout, après avoir lavé et essuyé le verre sous le nez de sa camarade. Il ne considérait pas faire la vaisselle comme un travail dégradant, bien au contraire : il était très valorisant de savoir que des suceurs de sang sortiraient inoffensifs de son enseigne, et ne céderait pas grâce à son commerce à des pulsions meurtrières.
Comme quoi, son honneur était très souple, quand il le fallait.

_________________




What was right is wrong
“‘Cause I’m bleeding out... So if the last thing that I do is to bring you down, I’ll bleed out for you”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité




Under my skin

Il répéta mon excuse ridicule, suivant du regard chaque geste de mes doigts comme s'il s'interrogeait un peu trop précisément sur la sensation qu'ils seraient capables de lui procurer, alors que l'ombre du désir nous enveloppait sournoisement, brume illusoire qui ne ferait que nous entraîner vers l'effluve taciturne de la frustration. Il va falloir que je te refroidisse alors... Quel fardeau ! y répliqua-t-il à travers des paroles à double-tranchants qui me faisaient sourire... me donnant envie de découvrir quel versant de la lame il serait prêt à utiliser avec moi, alors que je pouvais presque saisir dans ses prunelles combien il pouvait me désirer, la menace sourde de ses paroles, sa mise en garde que j'avais relevée en me rapprochant plus étroitement de lui malgré la présence du bar entre nous. Alors qu'il répliquait à nouveau que je jouais de ses mots en y attribuant des messages qui n'avaient jamais existés. Soulevant légèrement un sourcil, preuve incontestable que je ne portais aucun crédit à ces nouvelles affirmations et que je pouvais lui prouver à n'importe quel instant que j'avais raison et qu'il n'agissait ainsi que par bravades qui pourraient se retourner contre lui. Mais il avouait déjà que je gagnerais, parce que j'étais celle qui n'avait si justement aucune conséquence à ressentir à tout ceci, quand lui sombrait encore et toujours sous la culpabilité trop humaine pour un vampire... Bien que je savais que d'autres, à l'image d'Austyn, pouvaient également la ressentir comme une vague indélicate qui effleurait des êtres et des visages.

Mais déjà il semblait avouer que j'étais l'ange de la raison en respectant ses pensées plutôt que je pouvais presque sentir crépiter sous mes doigts ou sous le contact de mes lèvres sur sa joue. Ses paroles quant à elles cherchaient à ma cajoler, ou peut-être cherchait-il à travers moi à se consoler de ne pouvoir goûter ne serait-ce qu'une larme de ce dont je ne faisais que parler jusqu'ici. Peut-être parce que j'avais envie de lui offrir plus que l'ombre du regret, alors qu'il s'occupait d'un autre client, commençant à faire la vaisselle, je passais de l'autre côté du bar, sans prendre la peine de retirer quoique ce soit de ses mains, mes doigts capturèrent le col de son vêtement pour venir plaquer mes lèvres contre les siennes en un baiser doux et brûlant à la fois, caressant de ma langue la frontière de cet interdit. Mais un baiser, ce n'était rien. Rien. Les conséquences n'avaient rien de funestes et le ciel lui-même pouvait en convenir. A défaut peut-être de l'endroit ou des valeurs qu'il cherchait à transmettre. Je devais bien reconnaître, qu'ici, il n'était fardé d'aucune lumière céleste.

« Plus délicieuse vraiment ? » soufflais-je en écartant mes lèvres des siennes, esquissant un léger sourire mutin au coin des lèvres. « Je n'ai pas besoin de lot de consolation... ma victoire était assurée, mais toi peut-être ? » ajoutais-je sûre de moi à présent que j'avais laissé la chaleur de mes lèvres venir ébaucher la fraicheur des siennes. J'avais bafoué son honneur, je l'avais jeté aux orties pour pousser le jeu plus loin encore, lui laisser entrevoir combien le sang brûlant d'une humaine, ou ce qui s'en rapprochait le plus, pouvait avoir de vivifiant lorsqu'il ébauchait l'éternité fragile et déraisonnée qui était venue frapper à sa porte. « Désolée... » ajoutais-je avec cet éclat joueur au fond des yeux qui lui confiait combien je ne me sentais pas coupable d'avoir goûté à la saveur de ses lèvres. Déjà j'ajoutais avec une décontraction malgré la frustration brûlante de ne pas aller au bout des choses, mais en vérité, je craignais également que quelque chose se passe. « Besoin d'aide ? » soufflais-je enfin en m'adossant à cette nouvelle partie du comptoir entre lui et lequel je me trouvais. Il était un ami, l'un de ceux que je verrais très certainement dans les siècles à venir et s'il m'arrivait de passer une nuit avec des vampires, je n'étais pas assez folle pour prendre le risque de briser une amitié. Je faisais parti de ces filles qui brisaient les cœurs lorsqu'ils existaient encore, refusant de s'attacher, de s'accrocher à qui que ce soit, tant cela pourrait être un danger supplémentaire, tant pour moi que pour les autres. Sûrement était-il encore trop humain... Et je savais son désir de respecter la petite sœur de son ami, j'avais néanmoins conscience d'enfoncer les portes comme si elles n'étaient que des fétus de pailles et de l'entraîner bien malgré lui à désirer plus ardemment une chose qu'il regretterait par la suite. A cette seconde, il avait encore l'opportunité de prétendre que j'étais celle qui avait cherché les problèmes et cela n'étonnerait nullement Austyn.

made by BOHEMIAN PSYCHEDELIC
Revenir en haut Aller en bas

avatar
En ville depuis le : 17/10/2013
Gouttes de sang : 418
Célébrité : Jake Gyllenhaal
Crédits : Sevenways

♕ Prince de Transylvanie

Je vis depuis : Dans mon bar
Je suis : Vampire
Je suis : Gérant du The Last Round




Ashton s'était bien attendu à ce que la jeune Dawn pousse le vice un peu plus longtemps... Elle s'amusait de son pouvoir de séduction, et il n'aurait pas pu lui en vouloir. Cependant, le gérant du Last Round, tout à sa tâche, essayant de se distraire, n'avait jamais imaginé qu'elle oserait passer de son côté du bar et réduire encore la distance entre eux. Qu'elle fasse plus encore ne lui avait pas effleuré l'esprit... Enfin, il avait bien songé à ses lèvres, à un baiser, mais il craignait juste de céder lui-même à l'envie d'y goûter, et non l'inverse. Quand elle l'attrapa par le col pour l'embrasser brusquement, Ashton n'eut donc même pas le réflexe de reculer, et eut à peine assez de conscience pour avoir le temps de lui rendre ce baiser.


    - Hein ? Euh... Cherchant une façon de redescendre sur terre sans paraitre avoir été trop troublé par ce contact trop rapide, le Valerius tenta de poursuivre sa tâche maladroitement, là où il l'avait laissé au moment où elle l'avait interrompu. Il essuya donc pour la deuxième fois un verre parfaitement sec. C'est avec ça que tu comptes gagner ? Pfff... Tu as encore beaucoup à apprendre, ma petite !


Comme le jeune vampire était heureux, à cet instant, de réussir à contrôler les pulsions de son corps désormais, beaucoup mieux qu'à l'aube de sa nouvelle existence nocturne ! Il aurait bien eu du mal à cacher l'émoi que lui avait procuré son toucher, alors.
Mais il se contenta de lui sourire, mi-embarrassé mi-malicieux, avant de la contourner pour poursuivre son travail, comme si de rien était : penser à autre chose était la meilleure façon d'éviter le pire. D'ailleurs, devant ses clients, il ne tenait pas à montrer que cette étreinte avec une quelconque importance. Plus il se la jouerait décontracté, et moins les rumeurs se répandrait, la masse des colporteurs n'y voyant alors qu'un échange tout à fait banal, qui n'avait l'air de perturber personne.

Dawn n'avait en tout cas pas la bouille de quelqu'un de désolé, bien au contraire... Son sourire malicieux donnait à Ashton le désir ardent de le faire disparaitre dans des gémissements bien évocateurs... Mais non, il ne rentrerait pas dans cette folie, encore moins parce qu'il savait qu'il était précisément à cet instant, pour elle, l'inaccessible plaisir qu'elle avait évoqué.
Une fois qu'elle aurait atteint son but, et prouvé qu'elle pouvait réclamer sa victoire, elle récolterait cette minuscule gloire, et lui, des ennuis.
Néanmoins, il fallait peut-être la pousser elle aussi dans ses derniers retranchements, pour qu'elle comprenne l'indécence de l'acte qu'elle semblait si avidement quémander. Ashton la plaqua donc contre le comptoir où elle s'appuyait, rendant leur proximité presque intolérable.


    - Oh, je crois que c'est toi qui as besoin de mon aide... Murmura-t-il en caressant sa cuisse, pour la serrer plus encore contre lui, remontant jusqu'à sa taille, glissant sous son haut pour effleurer sa peau tiède, y faisant naitre des frissons glacés. Mais je ne suis pas sûr que tu puisses le supporter, ajouta-t-il, en s'écartant pour reprendre ses chiffons, avec un clin d'œil moqueur.


Il lui lança l'un de ces tissus propres, pour l'inciter à se rendre utile, puisque c'est ce qu'elle voulait... Ashton priait silencieusement pour que la mise en garde l'ait cette fois-ci convaincue de se limiter à une saine amitié, comme celle qu'il lui proposait à présent. A vrai dire, il n'était pas certain de pouvoir résister encore à l'entrainer dans la réserve pour la prendre sauvagement contre un mur si elle le titillait encore... Et il savait bien qu'il le regretterait, s'il venait à en souffrir les conséquences, de même qu'il ne voulait pas tomber dans le travers facile que s'accordaient tous les tricheurs "personne n'en saura jamais rien".


    - T'en fais pas, Dawn, tu finiras bien par te trouver une ptite goule qui satisfera tous ces fantasmes pervers qui s'excitent dans ta caboche têtue ! Lui assura-t-il avec un clin d'œil, pour détendre l'atmosphère.

_________________




What was right is wrong
“‘Cause I’m bleeding out... So if the last thing that I do is to bring you down, I’ll bleed out for you”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité




Under my skin

Surpris par ma venue et mon baiser, Ashton resta un instant interdit à me regarder après m'avoir pourtant rendu le baiser délicat dont j'étais venu le gratifier comme pour lui prouver, continuant à faire ce qu'il faisait, me laissant percevoir ce trouble que je pouvais déceler chez lui et qui me fit tout simplement affirmer ce qui vint ensuite. Alors qu'il répliquait que je ne gagnerais sûrement pas avec ce genre de subterfuge... vraiment ? Alors pourquoi est-ce qu'il essuyait le même verre deux fois ? Un petit sourire incrusté à mes lèvres, je n'ajoutais rien d'autre qu'un petit désolé que je ne pensais en aucune manière, avant de finalement lui proposer mon aide, quitte à me trouver derrière le bar, autant me rendre un minimum utile après tout, non ? Et puis cela permettrait de faire redescendre la tension plus qu'évidente que l'on pouvait percevoir dans la promiscuité de nos positions, combien même venait-il de s'occuper d'un verre et qu'il conservait un chiffon entre les mains. J'attendais donc bien sagement à présent, prête à cesser le jeu sur la fin de ces hostilités.

Mais ce fut sans compter sur le vampire, qui à présent ne pourrait nier quoique ce soit, les témoins ne pouvant qu'observer le fait qu'il venait de coller son corps contre le mien, me privant de la moindre retraite contre ce bar qui n'avait été qu'un appui et qui devenait à présent un support tandis qu'il affirmait que je serais celle qui avait besoin d'aide. De son aide plus particulièrement, alors que ses doigts rampaient sur ma cuisse, assourdissant mon souffle... pas ici quand même ? Pas devant témoin ? Le doute persistait, mais ce simple fait me rassurait sur le fait qu'il n'irait sûrement pas aussi loin que je pouvais le craindre, ou dont notre jeu ne cessait de nous rapprocher avec une régularité presque troublante. Mais il eut tout de même l'audace de venir effleurer ma peau en repoussant le tissu qui la dissimulait, sans que personne ne puisse parfaitement percevoir la qualité de ses gestes, à défaut du frisson qui s'évada sur mon être. Mais je ne suis pas sûr que tu puisses le supporter. déclara-t-il en s'écartant à nouveau de mon être, juste avant de me lancer un autre chiffon pour que je me rende utile à présent. Plissant les yeux légèrement alors que je me détachais du comptoir pour m'emparer d'un autre verre que j'essuyais en silence tout en réfléchissant à ce que serait la prochaine carte que j'allais bien pouvoir déposer sur la table de la partie de poker, car ce n'était rien d'autre que cela, un jeu aux conséquences pourtant véritables. Mais je n'étais pas celle qui avait à y perdre le plus, voir pas du tout si l'on croyait à ses mots précédents.

De nouvelles paroles vinrent étirer mes lèvres d'un sourire amusé, alors qu'il ignorait très certainement que j'avais déjà une goule, et qu'elle ne dirait sûrement pas non à ces petits avantages en nature si je venais à le lui proposer. Mais il devrait renoncer aux autres instants d'intimités parce que je ne voulais pas qu'il tombe véritablement amoureux de moi, et c'était précisément la raison pour laquelle je gardais un temps soi peu mes distances avec Nathanaël, ne cherchant nullement à le rendre fou de mon contact. Contrairement au vampire qui n'avait sûrement pas compris que je ne serais que tentatrice ce soir, et très certainement pas l'ombre de la raison. Il suffirait de nous dire que cela n'avait aucune importance et la vie se poursuivrait... Me rapprochant d'Ashton, je laissais mon corps se lover contre le sien sous le prétexte de déposer un verre propre juste derrière lui, comme s'il était précisément à l'endroit où il n'aurait jamais dû se trouver. Prenant appui sur lui sans oublier de laisser mes doigts glisser sur son torse, lui offrant une vue imprenable sur le galbe de mes fesses ainsi penchée, je me redressais finalement sans perdre le contact avec son corps. « Ma goule ne me sert pas à ça... je préfère le désir, celui qui se glisse, perfide, sous la peau. » Me hissant sur la pointe des pieds pour atteindre son oreille, je laissais filer mon souffle chaud... « Je ne suis plus une petite fille que l'on gronde depuis bien longtemps... Alors si tu veux arrêter le jeu, il ne tient qu'à toi. » ... mes doigts descendant le long de son torse vinrent s'égarer sous le tissu de sa chemise et effleurer la peau froide de son ventre. Un sourire frondeur accroché aux lèvres, je me laissais retomber sur mes pieds, mes doigts désertant sa peau alors que je bifurquais pour prendre la direction d'autres verres.

made by BOHEMIAN PSYCHEDELIC
Revenir en haut Aller en bas

avatar
En ville depuis le : 17/10/2013
Gouttes de sang : 418
Célébrité : Jake Gyllenhaal
Crédits : Sevenways

♕ Prince de Transylvanie

Je vis depuis : Dans mon bar
Je suis : Vampire
Je suis : Gérant du The Last Round




Aucun client n'osait désormais s'approcher du bar pour commander, comme si tous sentaient la tension, l'électricité qui s'en dégageait et préféraient se tenir à l'écart, de peur de la voir leur éclater à la figure. Et Ashton ressentait à peu près là même chose : s'il avait pu quitter son poste, il se serait sans doute enfuis à toutes jambes, se calmer en faisant un petit jogging nocturne, ou d'autres activités moins sages, histoire de s'apaiser.
Mais il était coincé là, à subir la demoiselle qui s'amusait de secouer son popotin devant lui, et de lui offrir une vue irrésistible à n'importe quel spécimen hétéro de plus de 15 ans. Il serra les dents, cherchant des yeux des points de chute moins frustrants que celle des reins de Dawn.

Et la voilà qui se collait de nouveau contre lui, guettant ses réactions... N'empêche que s'il n'y était pas totalement insensible, il avait bien éprouvé, en caressant sa peau furtivement, qu'elle n'était pas de marbre non plus, se perdant peut-être dans son rôle plus qu'elle ne le croyait. Puisqu'elle y tenait... Ne résistant pas plus longtemps à la tentation, Ashton posa sa paume sur le ventre de sa pseudo amie alors qu'elle passait devant lui pour poser un verre, la maintenant ainsi contre son torse pour lui chuchoter à l'oreille.

    - Tu n'as rien compris, Dawn, je ne suis pas et ne serais jamais ton jouet, glissa-t-il, suave, dans le creux de son cou, perdant un instant son visage dans ses cheveux aux senteurs délicieuses. BON RUFUS, TU TROUVES PAS QUE CA MANQUE UN PEU DE MUSIQUE ? Clama le patron du Last Round, la libérant de son étreinte, et s'adressant cette fois au vampire le plus proche du vieux jukebox, qui servait d'habitude plus de décoration que de réel source audio. Voyons ce que tu sais faire sur une piste, avant de prétendre à d'autres danses... Ajouta-t-il à l'adresse de la Lacroix, en l'entrainant entre les tables, qui s'écartaient au son des claquements de mains des vampires prêts à faire la fête.


Déjà les notes devenaient plus entrainantes... Il s'agissait d'un vieux tubes, une reprise d'un chant traditionnel transylvanien, aussi entrainant que ridicule. Sans lâcher la main de sa partenaire, Ashton se mit à effectuer quelques pas complexes, d'une façon experte, peu commune.
Les clients qui venaient de sa contrée se mettaient à reprendre les paroles à tue-tête, tandis que les autres tentaient d'imiter les déhanchements saccadés de lointaines stars de la country... Deux pimbêches gloussantes grimpèrent sur une table, pour pouvoir laisser les hommes admirer leurs jambes élancées.

    - Laisse-toi guider... C'est moi qui commande ici ! Souffla Ashton à Dawn, en posant une main autoritaire sur sa taille, pour la faire tourner... Il s'amusait d'avoir cette position, dans ce contexte, inversant ainsi le cours glissant de la domination qui commençait à s'insinuer entre eux. Profitant d'un moment où leur proximité était telle qu'il aurait pu lui voler un baiser sans que personne ne s'aperçoive de la différence, il ajouta d'un ton plus sérieux. Je n'ai pas envie d'arrêter... Mais je ne veux rien de perfide entre nous.


Son éducation brutale avait laissé à Ashton quelques traces, dans ses valeurs et dans ses principes les plus ancrés... Il avait appris les bottes sournoises et les coups fourrés, pour déstabiliser ses adversaires, et pourtant, son cœur allait vers d'autres aspirations : il appréciait les combats longs, puissants, dont la finalité laissait chaque adversaire épuisé de ses efforts, d'une fatigue saine et prégnante, jusque dans leurs ossements. Ils en ressortaient alors vainqueurs, chacun, du savoir inestimable des limites qu'ils avaient atteints.
Il en était de même avec les femmes qu'il appréciait : Ashton n'était que très peu intéressé par les copulations éphémères, qui s'oubliaient aussi vite qu'elles avaient été embarrassantes, car dénuées d'autres connexions que celles de la chaire, n'ayant pour seul but que d'assouvir rapidement des besoins superficiels. Il en avait vécu, et s'en était lassé, comme de tout ce qui n'atteignait pas l'âme.
Dawn avait trop d'importance, par son lien avec son frère, comme par l'estime qu'il lui portait, pour qu'il la réduise à une opposante de passage. Il préférait encore leur complicité amicale, que des retrouvailles gênantes après une erreur qui les poursuivrait à chaque fois qu'ils se croiseraient, et briserait à jamais ce qu'il y avait entre eux de précieux.

_________________




What was right is wrong
“‘Cause I’m bleeding out... So if the last thing that I do is to bring you down, I’ll bleed out for you”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité




Under my skin

Ses doigts me retinrent, m'attirant plus étroitement contre lui alors qu'ils s'apposaient sur mon ventre, son souffle glacé venant s'égarer sur ma gorge pour finalement déposer à mon oreille qu'il ne serait tout simplement jamais mon jouet. Je le sentais s'attarder pourtant parmi mes cheveux un instant de trop, avant qu'il ne me relâche finalement pour interpeler un tout autre vampire. Me retournant finalement pour observer l'intéressé, alors que je déposais verre et serviette. Mais je n'eus guère le temps de comprendre de quoi il retournait qu'Ashton, se saisissant de ma main, m'entraînait à travers le bar jusqu'à ce qui pouvait être appelé une piste de danse improvisée. Les clients devenaient complices du patron alors qu'une étrange mélodie remixée s'élevait dans la pièce, me donnant l'impression d'être tombée dans un vieux film vampirique des années soixante. Ou peut-être une vague effluve d'un passage plus étrange et caustique du film Van Helsing. Plaisir étrange que de regarder ce genre de films, mais mes amies humaines en étaient folles et m'avaient fort heureusement fait échapper à certaines daubes internationales sur le genre. Mais déjà, le vampire se mettait à danser comme pour me prouver que c'était effectivement faisable, alors que les autres êtres autour de nous se mettaient à chanter. Un rire amusé s'extirpa de mes lèvres, mais... « Je ne sais pas danser ça. » dis-je simplement à l'intention de mon "partenaire" qui ne sembla pas décontenancé outre mesure sous ma maigre tentative d’échapper à ça.

Bien au contraire, plaçant une main qui ne souffrirait de contestation sur ma taille, des paroles vinrent s'échouer d'un timbre sourd... Laisse-toi guider... C'est moi qui commande ici ! Plissant les yeux sous sa réaction, je le laissais pourtant me guider, adaptant au mieux mes pas à l'attendu, sans être certaine que le rendu serait celui désiré. J'étais sûrement une excellente débutante, au bras d'un excellent cavalier auquel j'accordais une totale confiance, ce qui devait apporter une certaine fluidité et souplesse à nos gestes. Puis nos corps semblèrent s'étreindre plus étroitement, laissant nos prunelles se croiser, mon souffle chaud s'égarer contre ses lèvres sans qu'un véritable contact ne vienne à se faire. Je n'ai pas envie d'arrêter... Mais je ne veux rien de perfide entre nous. me confia-t-il sans que je ne comprenne exactement où il voulait en venir. Le jeu avait-il été trop loin dans ce côté-ci... jouer était peut-être de trop, mais il ne voulait pas cesser, arrêter. Il ne voulait simplement pas que tout ceci soit mauvais, déloyal, empoisonné, hypocrite, fourbe... Mais je ne comprenais pas en vérité ce qu'il pouvait y avoir de cela dans ce que nous faisions ? Si la nuit devait s'étourdir d'un ébat, en quoi tout ceci devrait-il être forcément négatif ? « Qu'est-ce que tu veux dire ? » demandais-je alors avec simplicité en croisant son regard.

Inutile de rester dans l'incertitude de ne pas comprendre ce qu'il désirait de l'arrivée de ce jeu, alors que je n'estimais pas que ce dernier puisse briser l'amitié que nous partagions. Ce n'était pas comme s'il s'avérait être lié à moi à la manière de Nathanaël, que je risquais de le blesser en jouant ainsi avec lui tant ses prunelles transpiraient d'une étrange adoration à mon encontre. Non, bien sûr que non, Ashton n'agissait pas ainsi, il n'avait jamais bu mon sang et je n'étais même pas certaine que cela puisse avoir le moindre effet sur un vampire, même si aucun membre de la Camarilla n'aurait pris le risque de me considérer comme de la nourriture, outre le fait que je sois la fille du Prince. « Qu'est-ce que tu attends de tout ça ? » demandais-je encore lorsqu'après une énième ronde de pas de danse, nous nous retrouvions à nouveau si proche l'un de l'autre, tandis que la musique se voulait plus lancinante, me rappelant les lentes plaintes languissantes des âmes égarées dans les landes irlandaises. « Qu'est-ce que tu attends de moi exactement ? » ajoutais-je finalement, m'égarant dans ses prunelles une nouvelle fois dans l'attente de sa réponse, savoir ce qu'il espérait gagner à me parler ainsi, rendant la situation bien trop sérieuse comparée au jeu que nous avions débuté un peu plus tôt. Tant et si bien que les clients nous entourant, leurs rires, leurs chants, les danseuses se déhanchant sur les tables ne parvenaient à détourner mon attention de mon partenaire de danse.

made by BOHEMIAN PSYCHEDELIC
Revenir en haut Aller en bas

avatar
En ville depuis le : 17/10/2013
Gouttes de sang : 418
Célébrité : Jake Gyllenhaal
Crédits : Sevenways

♕ Prince de Transylvanie

Je vis depuis : Dans mon bar
Je suis : Vampire
Je suis : Gérant du The Last Round

Ah, les soirées avec ses amis humaines lui manquaient ! Ashton avait trouvé de vrais amis parmi les jeunes transylvaniens qui avaient partagé sa scolarité supérieure, après une longue période de son enfance passée à faire fuir les autres gosses qui le trouvaient trop bizarres. Il s'était bien rattrapé à l'adolescence, avec eux.
Malheureusement, sa mort les avaient brusquement et définitivement séparés. D'ailleurs, certains n'avaient guère connu un meilleur sort, puisqu'ils avaient connu un véritable enterrement, sans opportunité d'arpenter encore la terre sous une forme plus monstrueuse.
Le petit noyau qu'il s'était créé, au Last Round, lui rendait moins pénible cette nostalgie : ses clients étaient devenus des amis, aussi, prêt à le suivre dans n'importe quelle lubie. Et s'il avait décidé de faire une soirée fléchettes, ils participaient activement à organiser des équipes, et à se préparer des cibles qui résisteraient à leur force vampirique. S'il avait choisi de lancer un débat politique, les poings se levaient très vite pour exprimer les opinions qu'ils avaient pu posséder lors de leurs existences de citoyens... Bref, si Ashton décrétait subitement que la soirée allait être dansante, tous le monde s'amusait de cette idée et se joignait à l'animation - sauf quelques irréductibles rabat-joies, qui préféraient regarder et pester contre le bruit. De son éducation de Prince, Ashton avait probablement garder la compétence indéniable de rassembler les foules sous son étendard... Du moins une assemblée d'ivrognes notoires.

    - Euh... Je veux dire que j'connais quelques pas... J'ai appris, avoua-t-il, un peu honteux de cette déclaration, confondant les préoccupations de son amie. En effet, il pouvait aisément s'imaginer qu'elle soit surprise de voir un homme maitriser la danse : néanmoins, cela avait longtemps fait partie de ses enseignements royaux, et sa sœur s'en était grandement servi contre lui, pour rajouter aux armes une discipline dans laquelle elle pouvait le rendre ridicule. A force, il avait fini par devenir doué, comme pour le reste.


On ne pouvait certainement pas en dire autant de ses camarades de piste, qui gesticulait de façon totalement aléatoires, avec les restes de leurs souplesse d'humains. Ashton sourit gentiment à un couple qui tentait de les imiter... Dawn n'était pas très démonstrative, mais elle avait quelques bons instincts, par rapport à cette cavalière qui déambulait autour d'eux.
Comprenant à sa deuxième interrogation qu'elle se posait des questions sur leur flirt et ses conséquences, Ashton sourit presque tristement. Au combat de son corps contre sa raison, sa raison l'emportait de plus en plus souvent, maintenant qu'il parvenait à maitriser le côté bestial de sa nature.

    - Je n'attends rien... Je n'attendais rien jusqu'à ce soir, et je ne veux pas me torturer à en attendre plus, sachant que... Il grimaça imperceptiblement, en souhaitant qu'il ne soit pas déjà trop tard. J't'aime bien tu sais, ma ptite Dawn... J'ai pas envie qu'ça change, qu'on fasse une connerie qui puisse amener d'autres sentiments plus dangereux là-dedans. On est bien comme ça, non ?


Cette fois-ci, malgré son sourire amusé, il était très sérieux. Elle ne s'était sans doute pas rendu compte qu'elle avait touché du doigt ses limites, et qu'il ne savait pas jouer si bien qu'il le prétendait. Porté par une atmosphère plus festive, il était moins dérangé déjà par sa proximité. Il ne voulait pas arrêter là leur complicité, ce titillement qui était agréable... Mais il avait peur de basculer trop facilement vers d'autres plaisirs, et d'autres enjeux.
Après tout, sa sœur le lui avait toujours dit : il était lâche.

    - Et toi, qu'est-ce que tu veux, à part me faire perdre la tête ? Se risqua-t-il quand même, réellement à l'écoute de son bien être : il craignait aussi de l'avoir vexé en la coupant dans son élan par une mise en scène lourde et grotesque pour briser la tension.

_________________




What was right is wrong
“‘Cause I’m bleeding out... So if the last thing that I do is to bring you down, I’ll bleed out for you”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
 
Almost... a beautiful world ❦ Ashton
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» CNN: Food prices rising across the world
» Vente Elysien Forge World (GI)
» Rock My World
» Forge World
» Nouveauté Forge World

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: Les archives rp's.-